Liberté et Démocratie

Liberté et Démocratie

Ils ont volé mon pays!

Je m’appelle Aristos Marcou, je suis né à Meyrin en octobre 1981 et j’aime mon pays: la Suisse.

 

Mon père est chypriote, ma mère est suisse et nous avons des origines italiennes. Je suis également fortement imprégné de la culture transalpine mais je n’ai pas -et je n’ai jamais- eu d’autre passeport que le rouge à croix blanche et j’aime mon pays, la Suisse.

 

J’aime ses habitants, j’aime ses paysage, j’aime sa culture, sa façon de vouloir toujours faire mieux que les autres, j’aime son système de démocratie directe qui donnerait des cheveux blancs à pas mal de politiciens étrangers, j’aime sa capacité à résister à la plupart des crises, à se remettre de quasiment toutes les attaques, j’aime aussi sa capacité à tirer le meilleur des gens qui y vivent. En clair, j’aime la Suisse et je suis patriote.

 

Mais depuis quelque temps, j’ai l’impression qu’on m’a volé mon pays. Des populistes se servent de plus en plus de notre drapeau pour distiller des idées plus nauséabondes les unes que les autres. Minarets, renvoi des criminels étrangers, immigration de masse, et j'en passe. Ces gens ont pris en otage notre attachement à la patrie.

 

Je me rappelle d’un sketch des Guignols de l’info à l’époque de la seconde guerre en Irak. Un Sylvestre montait dans un ascenseur avec un type aux traits de Bruce Willis et lui disait:

 «Vous êtes américain?»

-Oui

-Vous êtes pour la guerre en Irak?

-Non

-Alors vous êtes pas américain!

-Mais si

-Alors vous êtes pour la guerre en Irak

-Mais non

-Bon donc vous n’êtes pas américain!

-Mais SI!!!

-Alors vous êtes pour la guerre en Irak

-Bon si vous y tenez, ok je suis pour la guerre en Irak

 

Actuellement, j’ai l’impression que c’est

«vous êtes suisse?»

-Oui

-Donc vous êtes contre les étrangers?

-Non

-Donc vous n’êtes pas suisse

etc.

 

Le problème est que si comme moi, vous êtes profondément attachés aux valeurs d’accueil de la Suisse, que ce soit sur le plan économique ou humanitaire mais que vous ne voulez pas pour autant que ce soit la foire à la saucisse, ce sont les opposants à ces prises de position qui vont vous taxer de militant de l'UDC ou d'extrême droite.

 

En clair plus moyen de dire "Vive la Suisse" sans être amalgamé à l’UDC et à ses satellites.

Cette situation m’exaspère au plus haut point. Est-il encore possible d’aimer son pays, de vouloir en maintenir la prospérité et la sécurité sans pour autant n’avoir que les mots "immigration", "étrangers", "islam" ou "bisounours" à la bouche ou sommes-nous entrés dans une phase où il n’y a de place que pour les marxistes et l’extrême droite?

 

Parlons par exemple de la votation sur les minarets; pour ma part, je ne suis pas forcément enchanté à l’idée de voir des minarets pousser dans chaque quartier. Pourtant mon amour de la Suisse et de son état laïc m’impose d’être opposé à toute notion religieuse dans le code des constructions. Qu’à cela ne tienne, mon avis était minoritaire tant les uns prônaient la peur de l’islamisation de la Suisse et les autres un discours gentillet qui  ne prenait absolument pas en compte les préoccupations de la population. Point de place pour le bon sens.

 

Malheureusement dans un système où l’on ne peut dire que oui ou non et où l’on n'est pas placé à l’extrême de l’échiquier politique, à chaque fois que l’on donne son avis, on est forcément d’accord soit avec les uns, soit avec les autres. C’est le prix de la démocratie.

 

Par contre, je ne pardonne pas à l’extrême droite d’avoir confondu patriotisme et nationalisme. Je ne pardonne pas à l’extrême droite de tenter de s’approprier toutes les images rassembleuses de ce pays à son compte. Elle n’a de loin pas le monopole de l’amour de la nation. Elle a, par contre, certainement le monopole de casser ce qui marche bien pour créer des problèmes là où il n’y en a pas.

 

Ils ont donc volé mon pays, pas seulement le mien mais aussi le vôtre. Ce pays dont vous pouvez être fier. Ce pays qui n’a pas connu de guerre depuis plus de 150 ans. Ce pays qui a un taux de criminalité parmi les plus bas au monde, où le chômage est raisonnable et où les écoles forment les meilleurs chercheurs de la planète, et la liste est encore longue.

 

Si comme moi, vous êtes attachés aux valeurs de la Suisse; si comme moi vous pensez que la Suisse doit rester souveraine mais pas sans voir et prendre en compte ce qui se passe autour; si comme moi, vous savez que oui, nous sommes des pionniers dans bien des domaines mais que notre marché intérieur ne suffira pas à écouler nos montres, médicaments et autre matériaux de pointe que nous fabriquons; si vous êtes d’accord avec le fait que l’on ne puisse pas renvoyer des réfugiés dans leur pays alors que leur vie est en danger sans pour autant accepter les abus manifestes; si vous êtes de ceux-là, ne renoncez pas! Ne renoncez jamais! Au moment de prendre votre décision dans l’isoloir, posez-vous les bonnes questions et ne cédez jamais aux sirènes du populisme. Gardez en tête qu’il n’y a pas de solution simple à des problèmes compliqués.

Rappelez-vous que la Suisse s’est construite bien plus souvent avec les autres que sans les autres. Dites non au populisme et oui au progressisme. Montrez que vous aussi, vous existez. Votez et faites entendre votre voix car elle compte, elle compte aujourd’hui encore plus que n’importe quand.

 

Ne laissons pas faire croire que les extrémistes sont les seuls à aimer ce pays. Par amour pour la Suisse.

 

VIVE LA SUISSE.

 

 

 

 

 

Vidéo des Guignols de l'info citée dans l'article. Passage cité à 5:30.



17/02/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres