Liberté et Démocratie

Liberté et Démocratie

Se réunir chaque année au Grütli pour célébrer le pacte fédéral, c’est bien. En respecter les principes d’unité c’est mieux.

280px-Guillaume-Henri_Dufour_(Irminger).png

 

Les Romands seraient donc des citoyens de seconde zone selon Christoph Blocher, en voilà une belle histoire.

La Suisse est une alliance de 26 cantons et demi-cantons, de langues, de cultures et de religions différentes. Elle incarne l’exemple type de la réussite du vivre ensemble.

 

Ce week-end, nous n’avons pas seulement voté sur l'immigration de masse ; il y avait de multiples sujets mis en votation.

Dans les Grisons, par exemple, le peuple était appelé à voter sur l'éventuelle abolition de l'impôt ecclésiastique pour les personnes morales. Les Grisons ont refusé d’entrer en matière. Dont acte. Ce résultat est sans nul doute dû à une culture encore bien emprunte de religion. Le Genevois que je suis a été des plus surpris de ce résultat. En effet, si je comprends et accepte bien le système d’imposition volontaire que nous connaissons à Genève concernant l'impôt ecclésiastique, je ne conçois pas qu’on puisse demander à une entreprise de financer une église quelle qu’elle soit. Mais suis-je en droit de porter un jugement de valeur sur la décision des citoyens du canton des Grisons? Je ne pense pas.

 

Comme dit précédemment, la Suisse est une confédération de cantons qui ont tous leurs identités propres. Outre Sarine, concernant la langue, il est même audacieux de parler d’une seule langue tant la compréhension du Zurichois n’implique de loin pas de comprendre le saint-gallois. Pourtant nous vivons ensemble et cela se passe bien.

 

Les Suisses ont toujours su faire preuve d’une cohésion nationale face à l’adversité sans faille. En période de crise, les Suisses se serrent les coudes. Lorsque nous sommes à l’étranger, nous ne sommes plus citoyen des Grison, tessinois, zurichois ou genevois ; nous sommes suisses! C’est cela qui fait la force de notre pays.

 

Dans l’histoire, aussi loin que nous puissions remonter, nous avons connu des crises internes, mais nous avons toujours su les résoudre par le dialogue, le consensus et le respect mutuel.

Il est par exemple intéressant de voir que la Suisse a survécu aux guerres de religion bien qu’elles comprennent des cantons protestants, et pas des moindres dans le cas de Genève (berceau du calvinisme) et des cantons catholiques.

 

Il est même piquant de se rappeler que sans les Romands, la Suisse n’aurait certainement pas survécu au Sonderbund. Il fallut alors qu’un Genevois (militaire formé par Napoléon et humaniste), sache mener une guerre ferme mais avec retenue en refusant de frapper plus fort que nécessaire. Un certain Guillaume-Henri Dufour qui ordonna d'épargner les blessés, les prisonniers et les sans défense. Il savait alors qu’après le conflit, nous devrions continuer à vivre ensemble. Ce rappel historique me parait important et je pense que Monsieur Blocher, qui se dit patriote devant l’éternel n’ait qu’une connaissance lacunaire de l’histoire de son pays.

 

Monsieur Blocher n’est pas la Suisse. Il a un point de vue qui est le sien, et sur cette affaire, relativement affligeant pour quelqu’un qui dit tant aimer son pays. Monsieur Blocher n’est pas non plus l’UDC. Même s’il en est incontestablement un leader historique et charismatique. Mais lui et Monsieur Bruner incarnent assez bien le repli sur soi et l’ignorance des autres qui, malheureusement, a pris le dessus à l’UDC. Je sais toutefois que l’UDC, ce n’est pas que ça.

 

Nous avons voté ce week-end et le résultat est celui que nous connaissons. Il n’y a pas un côté patriote et de l’autre vendu à l’Europe. Il n’y a pas non plus le côté des ignorants et celui des humanistes. Il y a la Suisse et ses 26 cantons et demi-cantons. Il y a 8 millions de personnes qui y vivent.  Il y a un pays qui s’est rendu aux urnes et qui a pris une décision (que je déplore il est vrai) souveraine, et que nous nous devons tous de respecter. Les « perdants » doivent respecter le choix des « gagnants » et avec la sagesse du Général Dufour, les « gagnants » se doivent de respecter les « perdants » car même après le 10 février 2014, nous devons continuer à vivre ensemble.

 

Monsieur Blocher est donc clairement à coté de la plaque et c’est d’autant plus inadmissible venant d’un ancien Conseiller fédéral.

 

 

 

Aristos Marcou



13/02/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres