Liberté et Démocratie

Liberté et Démocratie

Motard, attention à ne pas se tirer une balle dans le pied! (ou à ne pas perdre l'avant)

moi moto.jpg

Verbier Bike fest 2014

 

C’est étrange comme parfois, dans la vie, il y a des chronologies et des coïncidences qui font que plusieurs choses arrivent en même temps et que finalement, si seules elles n’avaient qu’une importance relatives, mises bout à bout, elles commencent à prendre un autre sens.

 

Il y a une semaine, sur ce même blog, je tirais à boulet rouge sur un article du TCS qui prétendait que les femmes seraient limite inconscientes au guidon de leur moto.

 

Avant-hier je lis dans la presse que plusieurs associations ( Acid’Moto, Toutes en Moto, le Norton, Swissmoto.ch et Handi Trike) se sont associées pour faire de la prévention en matière d’équipement à moto.

 

Hier j’apprends qu’un ami, un vieux motard, ancien compétiteur notamment en championnat du monde de vitesse, a eu un grave accident au guidon de sa moto. C’est sans doute ce dernier événement qui me fait écrire ces quelques lignes.

 

Comme chaque année, avec le retour des beaux jours, nous, motards, nous avons ressorti nos machines pour notre plus grand plaisir. Cette année est particulièrement chaude et les conditions sont optimum pour rouler. C’est un grand plaisir vu que les précédentes ont été particulièrement catastrophiques.

 

A titre personnel, quand je roule, je suis toujours habillé et on ne me verra jamais en t-shirt ou en short sur ma machine, encore moins en tongs (pour la petite histoire, je ne suis pas sûr qu’il soit possible de changer les rapports sur ma moto en tongs). Mais il est vrai que comme chaque année, on croise un véritable cortège de personnes qui ont dû oublier l’effet du parquet de la salle de gym sur la peau en cas de glissage. En effet, de par leur tenue sur leur moto et plus encore sur leur scooter, on peut raisonnablement imaginer qu’ils n’ont aucune conscience des risques qu’ils encourent en cas de chute. Il faut savoir que la pire des fractures n’est rien à côté de l’exéma du goudron. Il faut savoir qu’une chute avec équipement donne la possibilité d’avoir un accident pas grave alors qu’en short, t-shirt, tong, c’est l’assurance que quelle que soit la vitesse, l’accident finira aux urgences.

 

Sachant cela, la prévention est indispensable. Si comme pour la ceinture en voiture, je ne pense pas qu’on puisse convaincre les plus anciens d’entre nous, une sensibilisation est toujours possible chez les jeunes. L’action de ces associations est donc à saluer.

 

Ce qui ne me plaît pas, mais alors pas du tout, c’est les commentaires que j’ai vu dans la presse et sur les réseaux suite à cette annonce. J’y ai lu que beaucoup voudraient une modification de la LCR pour rendre obligatoire un équipement adéquat. Qu’il faudrait mettre des amendes voire des retraits de permis.

 

Dans un premier temps, je dois avouer que sans y réfléchir, j’ai pensé moi aussi que ce serait une bonne idée. Oui mais voilà, quand on parle de légiférer, il y a toujours un revers de la médaille. Et ces dernier temps, on ne peut pas dire que les usagers de la route et plus encore les motards aient été particulièrement gâtés par les nouvelles superbes lois établies pour leur sécurité.

 

En effet, si nous établissons une loi qui dit par exemple: « l’usager d’un véhicule deux-roues motorisé est tenu de circuler en plus du casque, avec une tenue adaptée », il faudra alors déterminer ce qu’est une tenue adaptée. Et c’est là que commencent les ennuis. Comme dit plus haut, moi par exemple, j’adapte ma tenue aux conditions pour lesquelles j’utilise ma moto. Si je me rends simplement au travail, j’aurai une veste moto, un jeans de qualité standard et de bonnes chaussures. Si je pars en virée, je mettrai alors un pantalon de moto (jeans kevlar ou cuir) et si un jour, l’envie me prend de faire du circuit, je mettrai une combinaison adapté avec tout ce qui va avec. Les motards que je connais qui sont favorable à une législation en la matière me disent que pour quelqu’un comme moi, cela ne changera rien et que je n’ai pas de soucis à me faire. Croire cela est une erreur fondamentale et une méconnaissance de notre système législatif. En effet, si un motard était assez audacieux pour mettre dans la tête d’un membre d’une des deux chambres à Berne, de légiférer sur le sujet, son dessein serait certes louable, mais ce ne serait pas lui qui rédigerait la loi. Ce ne serait pas lui non plus qui la voterait. Cette loi serait faite pas 246 personnes qui dans leur majorité, ne connaissent rien à la moto. Les lobbies des assurances, des constructeurs et des fabricants de matériel passeraient par là. Au final, nous nous retrouverions avec un joli texte qui permettra à la Police de verbaliser, aux fabricants de vendre du matériel obligatoire, homologué et donc forcément plus cher et finalement, en cas d’accident, aux assurances de refuser d’entre en matière si par exemple, un gant devait être défectueux parce que la couture qui tient la coque en kevlar carbone renforcé avait sauté au niveau du troisième point. L’expression « l’enfer est pavé de bonne attention » prendrait alors tous son sens. Il n’est même pas exclu que nous soyons alors contraint de rouler en tout temps avec des combinaisons cuir. Est-ce vraiment ce que nous voulons? Moi non.

 

Par contre, il est important de faire de la prévention. Il est important que les jeunes connaissent les risques. Je me risquerais même à dire que les motards de la police devraient nous aider dans ce travail de prévention et ne pas rouler en t-shirt. Niveau pédagogique, c’est très moyen quand vous êtes complètement équipé et qu’un motard en t-shirt vous met 20.- d’amende pour un catadioptre manquant en vous disant que c’est pour votre sécurité.

 

Sur le plan législatif, avant de s’occuper de l’équipement, je pense qu’il y a matière à faire ailleurs. Par exemple sans que la liste soit exhaustive:

- Doubler toutes les glissières de sécurité.

- Arrêter de faire des limaces de goudron.

- Changer les peintures des lignes jaunes

- Autoriser de remonter les files, ce n’est pas seulement pour gagner du temps, moi je me suis fait deux fois taper l’arrière à l’arrière d’une file, si en voiture c’est un simple constat, en moto ça peut être mortel.

- Encourager les cours de perfectionnement à la conduite car la meilleure sécurité reste une parfaite maitrise de son engin. - Arrêter d’attendre avant de réparer les nids de poules.

- …

 

Concernant l’équipement, je suis confiant en la responsabilisation, je roule souvent avec des jeunes qui ont 10 ans de moins que moi, ils s’équipent pour la plupart, bien mieux que je ne le faisais à leur âge. Je ne pense pas qu’il soit bon que l’Etat vienne mettre son nez là-dedans. Car finalement, en roulant en maillot de bain, on ne met en danger que soi-même. On pourrait peut-être imaginer quelque chose comme pour les bateaux où les enfants ont l’obligation de porter un gilet de sauvetage. Pour eux, on pourrait faire quelque chose. Pour les adultes, il s’agit vraiment d’une question de responsabilité individuelle et l’Etat n’est pas là pour être la maman de tout le monde.

 

« On ne peut se préserver complètement du risque, la vie en elle-même est un risque, pour preuve, on finit tous par en mourir. » Dixit un pilote de vitesse dont j’ai oublié le nom.

 

Egalement disponible sur mon blog de la Tribune de Genève.



10/08/2015
19 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres